"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une" - George R. R. Martin
"Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder..." - Oscar Wild
"Aimer, c'est savoir dire je t'aime sans parler" - Victor Hugo

samedi 15 juillet 2017

Anna. Auteure : Laura Moods


Résumé : Anna et Eliott forment un couple idéal.
Une belle maison dans un quartier chic.
Un métier dans l’éducation.
Des amis charmants et brillants.
Une vie rêvée.
Jusqu’au jour où, après une soirée, Eliott ne rentrera pas.
C'est alors que la vie d'Anna s'effondre.
Pourquoi n’a t-elle rien vu ? Pourquoi tout semble lui indiquer, que son mari n’est pas celui qu’elle pensait connaître ? De la Caroline du Nord à la Pennsylvanie, d’une chambre d’hôtel à un club libertin, des secrets aux gros titres des journaux, plus rien ne sera comme avant…



Je tiens à remercier Laura Moods pour ce Service Presse et pour sa confiance.


💕 Auto-édition
💕 Sortie le 19 mars 2017
💕 Lien d'achat Amazon : cliquez ici
💕 Thriller



#Mon avis

Plus habituée à la romance, j'ai malgré tout était interpellé par le synopsis de ce thriller. J'étais très curieuse de découvrir ce que caché "Anna", un résumé qui laisse présager tout un tas de secrets et d'énigmes à résoudre. Et effectivement je n'ai pas été au bout de mes surprises. 
Laura Moods a mis en scène un thriller montant en intensité et révélant des vérités terrifiantes et douloureuses.

Eliott et Anna sont un couple marié, heureux et amoureux. Ils sont tous les deux enseignants, l'un dans le public, l'autre dans le privé et leur avenir est déjà tout tracé. Une routine et des projets sont mis en place, rien d'anormal ne ce passe dans leur vie, il s'agit tout simplement d'un couple ordinaire sans histoire.
Jusqu'au jour où une nouvelle tragique tomba, où le monde de Anna s'écroule littéralement, engloutissant toute sa vie. Encore une fois l'un des êtres qu'elle aimait le plus au monde va lui être arraché de façon brutale.

Dire adieu à son avenir est douloureux, Laura Moods a écrit son histoire à la première personne du point de vue de Anna de façon à ce que toute sa douleur nous atteigne en plein coeur.

De sa chute, à son envie de revivre, au sentiment de culpabilité qui menace de la dominer, nous sommes immiscés dans les pensées de Anna avec des mots simples que l'auteure a su mettre en valeur. Au milieu de sa tragédie et de sa tristesse, un objet va venir attirer l'attention de Anna. A partir de là de simples soupçons vont se transformer en une intrigue bien ficelée qui n'a pas fini de révéler des vérités insensées et impensables pour notre héroïne.

Une jeune femme en plein chagrin qui pensait tout connaître sur son mari mais qui au final était bien loin d'imaginer qui il était vraiment.


L'auteure a écrit une histoire captivante alliant souffrance, renaissance, sentiments et suspens, et grâce à ces éléments elle m'a fait vivre une lecture inédite où une simple découverte va prendre des proportions considérables amenant Anna a mener une enquête improbable mais qui aura le don de subjuguer les lectrices. En tout cas c'est l'effet que ce récit à eu sur moi et ce qui m'a le plus stupéfait dans ma lecture c'est la façon dont l'auteure est parti "d'un rien" pour se diriger vers une intrigue épatante, parfois même angoissante dont les événements éclaboussent tout sur leur passage.

Un thriller parfait à la fois pour les novices du genre et pour les affirmés. Une plume simple et fluide qui va nous embarquer dans une histoire qui va prendre des dimensions inimaginables pour une héroïne qui pensait tout connaître de son mari.



💖💖💖 EXTRAIT 💖💖💖

- Salut Mark, dis-je une fois que j'avais posé un pied sur la première marche qui menait à la porte.
Il sursauta et se retourna vers moi.

- Putain! Anna, tu m'as fait peur, dit-il en mettant la main sur son coeur. Qu'est-ce que tu fais là, dit-il soudain l'air sérieux en scrutant autour de lui.

- Il fallait que je te parle de quelque chose. Tu as cinq minutes? demandai-je après avoir mont" les quatre dernières marches.

- Non. Il faut que je rentre corriger des copies...

- Oh oui, je comprends. Et je présume que tu as d'autres élèves à voir pour les cours particuliers aussi? le coupai-je.

Il s'arrêta immédiatement de parler et le regarda avec l'air le plus indigné qu'il pouvait m'envoyer.
- Hein? De quoi tu parles? Dit-il en s'approchant de moi.

- J'ai besoin que tu m'expliques certains messages que tu envoyés à Eliott, dis-je en sortant le téléphone de mon sac. Je lui tendis le téléphone avec les deux messages.

- Tu peux m'expliquer ce que ça veut dire? dis-je d'un ton froid et menaçant. Tu as envoyé ces messages avant ou après son accident.

- Oui, et bien quoi? Eliott et moi on s'était engueulé lors de la soirée! me cracha-t-il au visage avec épris.

- Pourquoi tu lui demandes s'il n'a pas déconné? Qu'est-ce que ça veut dire? dis-je en lui montrant de nouveau l'écran du téléphone.
Mark me toisa quelques secondes avant de reprendre la parole.

- Écoute Anna... j'ai pas envie de me fâcher, mais j'aimerais que tu ne viennes pas m'emmerder avec des problèmes que tu as inventés toute seul pour avoir un semblant de vie maintenant que tu n'as plus rien. Au début, on avait peut-être un peu de peine pour toi mais aujourd'hui, tu n'es plus la femme d'Eliott ; t'es plus rien en fait. Alors lâche-moi, t'as pigé?

Je restai quelques secondes sans voix à fixer ses yeux ronds et agressifs. Je pensais juste que Mark ne m'appréciait qu'à moitié, mais en fait c'est pire que ça. Il avait un total mépris pour moi. Et sa réaction à cette simple question était pour moi éloquente.
- Je sais très bien que tu me cache quelque chose Mark. Mais apparemment ça à l'air d'être dans tes habitudes...

- Qu'est ce que tu vas inventer encore?

- J'espère qu'Helen est au courant pour tes virées nocturnes et les gestes affectueux que tu donnes à tes élèves après les cours à l'arrière du Lycée.

Il s'approcha encore de quelques centimètres de moi, réduisant la distance qui nous séparait, puis murmura :
- Pauvre conne, tu ne sais pas de quoi tu parles, dit-il en pointant son index vers moi. Je te conseil de ne plus venir me faire chier. C'est la dernière fois que je te le dis, ajouta-t-il avant de rentrer dans l'établissement.

Mon coeur battait à mille à l'heure et j'étais en sueur. Pour la première fois Mark m'avait fait peur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire