"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une" - George R. R. Martin
"Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder..." - Oscar Wild
"Aimer, c'est savoir dire je t'aime sans parler" - Victor Hugo

mardi 25 juillet 2017

Mona. Auteur : Jérémy Bouquin



Résumé : Mona, une femme indépendante, artiste amateure, épicurienne absolue. Reflet d’une génération balayée par le trop-plein, elle capture dans ses photos les instants de la vie et les sentiments d’un monde régi par les codes. Elle y brosse la peur, la médiocrité, l’exaltation, la chair… 
Attitude désinvolte, langage sans filtre, elle inspire la débauche, la dépravation, le désir des corps qui s’entremêlent.
Jusqu’où ira-t-elle pour les faire entrer dans son monde psychédélique ?




Je tiens à remercier Lips&Roll Editions pour ce Service Presse et pour leur confiance.


💕 Lips&Roll Editions Collection Luxure
💕 Sortie le 26 juillet 2017
💕 Lien d'achat vers la maison d'édition : cliquez ici
💕 Genre : Érotique


#Mon avis

Jérémy Bouquin est le seul auteur masculin des Editions Lips&Roll et j'avoue avoir choisi ce livre en service presse en étant conduite par ma curiosité. C'est aussi ça être accro aux livres, vouloir découvrir des romans et des univers en étant poussé par l'attrait de la nouveauté. Et quand celle-ci nous emmène vers cette collection du péché de Luxure on se doute déjà que l'on va se régaler.

Aux premières lignes du roman  nous rencontrons Sandra qui affirme sans tabou consommer les hommes comme des friandises. Elle leur accorde une seule nuit, s'amuse avec eux et ensuite tout le monde rentre chez soi sans discuter.
Au début on peut vite s'apercevoir que Sandra est une femme froide, légèrement renfermée sur elle et pas très aimable. Je vais être honnête j'ai tiqué un peu lorsque je l'ai découverte, quelque chose en elle me gênait. J'ai eu du mal à la cerner et progressivement j'ai réussit à l'adopter. J'avoue également ne pas avoir été conquise tout de suite par la plume de l'auteur. Je lis principalement des auteures féminines donc c'est sûr que le style est différent mais tout comme avec l'héroïne, j'ai été séduite rapidement. Pas de panique ces petits "blocages" n'ont vraiment pas duré longtemps j'ai juste eu un petit temps d'adaptation puis tout à coup l'envoûtement était total et je vous le dis maintenant, je ne pensais pas que "MONA" renfermé une telle histoire. Surprenante!! Elle vaut incontestablement le détour!!

L'histoire commence avec du sexe, n'oublions pas qu'il s'agit de la collection Luxure quand même donc on sait à quoi s'attendre.
La première chose qui m'a plu dans la plume de l'auteur c'est sa façon de décrire les scènes érotiques. C'est léger tout en étant sexy et les sensations prennent une grande place dans ces scènes.
Vous vous demandez sans doute pourquoi le roman s'intitule "Mona" alors que l'héroïne s'appelle Sandra. Eh bien justement Mona va faire son apparition après un des moments de gourmandises de Sandra et sa venue va être synonyme de questions et de mystères.

L'ambiance va changer par la simple présence de Mona, qui est aussi déstabilisante que fascinante et même lorsqu'elle va disparaître Sandra va être comme obsédée par la jeune femme.

Mona va devenir une fascination qui, même si elle n'est pas présente physiquement, va prendre énormément de place dans le récit.
Grâce à elle, pour elle, Sandra va découvrir des lieux insolites, des endroits pas très fréquentables mais où l'érotisme est très concentré. Ici pas d'histoire d'amour, juste une obsession parsemé de moment enivrants, éveillant les sens et où les notions de temps et de réalité se sont envolés.

Une histoire différente mais troublante, différente mais exquise, une lecture que j'ai grandement apprécié et qui a très bien trouvé sa place dans la collection Luxure.

Au final la plume et l'histoire de Jérémy Bouquin m'ont charmé malgré les premières pages où j'ai douté. Une parenthèse surprenante d'obsession, de suspens et d'érotisme que j'ai dégusté 😍




💖💖💖 EXTRAIT 💖💖💖

- Je ne sais pas comment la joindre...

Je ne m'attendais pas à ce genre de réponse.
Mona, sa colocataire! Il vit avec elle, pourquoi n'arriverait-il pas à la joindre? En plus, elle était là hier.

- Elle n'a pas de téléphone portable? Je pourrais l'appeler? je demande.

Il sourit, se moque presque. Et son air rieur signifie un "tu ne connais pas Mona."

- Mona! Un portable?
Et puis quoi encore? Elle refuse d'être au service des autres, si elle a besoin d'un téléphone, c'est pour qu'elle téléphone! Elle refuse qu'on l'appelle.

Punk, asociale : voilà comment il me la décrit. Un fantôme! En marge de la société de consommation, altermondialiste, révoltée permanente, effrontée. Libérée. Les substantifs ne manquent pas.

Simon se lâche sans digression, me complète un tableau que j'avais bien deviné, le vernis d'une femme fragile balayée par le trop plein.

Sa sensibilité, ses photos, ses dessins sur le rebord de la fenêtre, comme une composition, la création d'une exposition, d'une galerie de portraits. Elle y brosse la peur, la médiocrité, l'exaltation, la chair...
Ce que l'on est. Pas grand chose en fin de compte. Elle dépeint ce que nous refusons tous de voir.

Cette fille est étonnante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire