Madame. Auteure : Caroll Beaudroit



Résumé : Elodie est couturière dans un pressing. Timide et mal dans sa peau, elle partage sa vie avec Mario qui lui préfère ses potes et les jeux vidéo. En dépit des humiliations quotidiennes, elle ne parvient pas à le quitter. Alors, lorsqu'elle surprend une cliente, Barbara - belle quadra, sûre d'elle et ne laissant pas les hommes indifférents - tenant un homme en laisse à l'entrée d'un club fétichiste, Elodie est convaincue que devenir dominatrice lui redonnera confiance en elle et lui permettra de mettre un terme à cette relation sans intérêt. Mais on ne s'improvise pas Maîtresse en un claquement de fouet, et son apprentissage va s'avérer... plutôt cocasse !





Je tiens à remercier Fauves Editions ainsi que l'auteure Caroll Beaudroit pour ce Service Presse et pour leur confiance.


💕 Fauves Editions
💕 Sortie le 26 avril 2018
💕 Lien Amazon : cliquez ici
💕 BDSM - Chick-Lit



#Mon avis

"Madame", que dire de cette histoire.....
Si j'ai aimé..... OUI!
Si j'ai ris.... OUI!
Lorsque l'auteure m'a présenté son roman elle m'a de suite signalé que en plus de l'ambiance BDSM de son histoire, l'humour allait être de la partie donc bien évidemment j'ai voulu découvrir son histoire sans plus attendre. A la vue du résumé et du teaser du roman j'ai compris que j'allais découvrir un nouveau style, un genre d'histoire un peu décalé mais qui garanti une trame "unique" car quand le BDSM est mélangé à un humour qui est parfois à prendre au second degré cela donne "Madame" et grâce à "Madame" j'ai vécu une lecture extra!!! Changer de registre m'a fait du bien, ici pas de romance avec des "Je t'aime" toutes les deux lignes.... oh non c'est tout le contraire!

Ici, il va être question d'une femme qui va s'aventurer vers un univers qui lui est totalement inconnu mais qui va tellement lui monter à la tête qu'elle va se sentir pousser des ailes, jusqu'à la chute....
Mais attention, je vous dis ça mais ce n'est rien de dramatique, tout n'est qu'humour et légèreté, cependant en réfléchissant l'auteure a mis du vrai dans ses écrits concernant le changement dont l'héroïne va être sujette. Avoir trop confiance n'est pas tant une bonne chose..... hummmm j'en ai trop dis, à vous de le découvrir 😉

Allez, je vais tenter de vous donner envie à vous aussi de vous lancer dans cette lecture, et peut-être que, comme moi, votre curiosité va être titiller et que vous allez venir faire la connaissance de Elodie, alias "Madame".
Il y a 6 ans, Elodie a rencontré celui qui partage sa vie encore aujourd'hui - Mario.
Au début, leur aventure était idyllique, Elodie était une femme épanouie, confiante et féminine ; aujourd'hui la femme qu'elle était a fané et c'est dans un quotidien lassant avec un homme sans intérêt qu'elle est désormais enfermée. Mario ne pense qu'à ses jeux vidéo, il ne sors pas, n'a pas de conversation et du côté intime ben ça dure deux minutes et hop l'affaire est conclu... laissant Elodie frustrée, énervée et encore plus lassée. Pourtant notre héroïne a tout pour plaire, elle est fraîche, intéressante, elle a un grand cœur, est à l'écoute et elle est encore très belle... en même temps Elodie n'a que 26 ans!
Mais non, Mario ne voit plus rien et à par lui lancer des pics et être sans cesse en désaccord avec sa compagne, entre les deux la relation est devenu monotone, sans vie et sans espoir.
Bref, il faut que Elodie se sorte de là!
Heureusement son meilleur ami gay, Florian est là pour la soutenir et la conseiller et surtout la faire sortir de sa routine. Et, croyez moi, leur quotidien va prendre un virage à 180 degrés!!
Entre découverte, initiation, étonnement, changements, disputes et bien sûr fou rire, avec ce duo c'est sûr vous ne vous ennuierez pas!

En voyant BDSM peut-être vous demandez vous si l'érotisme est appuyé ou si il est léger. Hé bien c'est entre les deux, et je dirais même qu'il est même très peu présent. On a assez d'éléments pour s’imaginer les scènes, assez pour s'imaginer ce que va voir Elodie au cours de ses découvertes, mais ce côté n'a rien d'étouffant. Au contraire, l'auteure est restée dans cet esprit d'offrir à ses lectrices une lecture sans prise de tête et très fluide donc elle n'a en rien surchargé son roman de moments très érotiques qui aurait peut-être détonner avec l'ambiance qu'elle a voulu donner à son roman. Le mélange est parfait, pour ma part j'ai vraiment adoré 💙
Certains moments sont même à prendre au second degré car l'auteure s'est parfois vraiment lâchée dans ses mises en scène et je vais vous dire, c'est dans ces moments là que j'ai le plus ris. Lorsque, pour la toute première fois, le mot "Plug" est employé, c'était tellement inattendu et direct que j'ai pouffé de rire!!
Par contre le côté sadomaso est peut-être utilisé avec légèreté et humour mais j'ai bien remarqué que l'auteure avait fait des recherches sur le milieu en utilisant certains termes, certains mots et surtout certaines pratiques. Derrière cet humour ce cache un travail d'écriture et c'est ça aussi qui m'a charmé dans la plume de Caroll Beaudroit, c'est que même si son histoire n'est pas écrite sur le ton du sérieux elle n'en reste pas moins une auteure qui a écrit une vraie histoire unique en son genre!

Petite recommandation, si vous aimez boire un petit café ou une petite tisane en compagnie de votre lecture, je vous conseille de ne pas lire de passage en même temps qui vous avalez une gorgé au risque de la recracher... Pourquoi? Ben disons que l'auteure aime mettre des scènes ou des phrases aux tendances hilarantes, sans prévenir 😉
Alors envie de faire la connaissance de Elodie maintenant que vous en savez un peu plus? Offrez vous cette parenthèse loufoque et je pense que vous ne verrez plus le monde du BDSM de la même façon 😉



💖💖💖 EXTRAIT 💖💖💖

Arrive alors un autre petit groupe. Deux couples dont les femmes sont vêtues, l’une d’une robe en cuir, l’autre d’une jupe et d’un bustier en vinyle. Les hommes qui les accompagnent portent un pantalon, un t-shirt en latex et une veste. L’un des deux retire sa veste, son t-shirt découpé au niveau des aréoles dévoile des pinces sur les tétons. Élodie, bouche bée, porte machinalement ses mains à sa poitrine. Le videur leur ouvre la porte et leur souhaite une bonne soirée avant d’inviter Florian et Élodie à dégager l’entrée. Elle, toujours les mains sur ses seins, regarde son ami, abasourdie. Lui, explose de rire et l’emmène avec elle à la recherche d’un taxi lorsqu’une voix se fait entendre dans la rue déserte. Une femme a visiblement perdu son chien et crie Médor à tue-tête. Machinalement, Florian et Élodie jettent un coup d’œil furtif autour d’eux, sait-on jamais. 

- Médor… Médor ! Je te préviens, je vais rentrer sans toi !
Des claquements de talons résonnent sur les pavés. Une silhouette apparaît alors sous le faible éclairage d’un réverbère. Élodie saisit Florian par le bras pour l’empêcher d’avancer. La femme se tourne en direction d’une ruelle.
- Ah, te voilà !

Élodie et Florian regardent dans la même direction, attendant de voir la bête à poils débouler, mais c’est un homme qui arrive en courant à petits pas et vient s’installer, tête baissée, juste en dessous du réverbère. La cinquantaine, il n’est pas très grand, plutôt charmant avec ses petites rondeurs. Vêtu d’un pantalon en cuir, il porte un pull moulant qui le boudine et, autour de son cou, un collier de chien auquel la silhouette féminine accroche une laisse. L’homme se met à quatre pattes et embrasse les escarpins de celle qu’il accompagne. 
- Pardon, maîtresse, j’ai encore du mal à courir avec le plug dans l’anus. 

Élodie plonge son visage dans la veste de Florian pour étouffer son rire. Même si elle ne sait pas ce qu’est un plug, elle imagine bien que le type a un truc dans le cul.

- Je ne t’ai pas autorisé à te plaindre salope, tu n’as qu’à t’entraîner !
- Oui maîtresse, pardon. Je ne suis qu’une traînée, je suis indigne de vous. 
- T’en-traî-ner, t’es bouché ou quoi ?
- Pardon maîtresse. Puis-je me relever ? 
- Non, tu m’as agacée en moins de deux. Tu vas me suivre à quatre pattes comme un bon chienchien. - Mais chouchoune… mon pantalon tout réparé ! 

La femme sort enfin de l’ombre et se colle contre lui, le saisissant par le collier. Élodie ne cache pas sa surprise en voyant apparaître Barbara sous la lumière du réverbère, encore plus belle et plus puissante version nuit. 
- Écoute-moi bien petite crotte, avise-toi de m’appeler chouchoune dans la soirée et c’est le supplice de la guenon, compris ? 
- Oh non, pitié maîtresse… pas le supplice de la guenon ! 

Il couvre ses escarpins de baisers et promet de se comporter comme un bon chien docile, elle lui caresse la tête. Le couple se sourit et reprend sa marche en direction du club. L’homme avance à genoux sur les pavés, péniblement. Il souffre mais son regard en dit long sur l’amour qu’il éprouve pour elle. Élodie ne les lâche pas des yeux jusqu’à ce qu’ils franchissent la porte en bois. Florian reste bouche bée, interloqué par ce fameux supplice de la guenon. 
- C’est elle… c’est la femme dont je t’ai parlé.


Commentaires

Articles les plus consultés