Le goût du Ginger. Auteure : Zina G.


Résumé : Antoine a fini par m'avoir, à l'usure. Après deux ans d'un manque cruel, j'accepte enfin de renouer avec le Ginger. L'appréhension est bien présente. Me suis-je tenue éloignée trop longtemps des circuits libertins ? Quelles seront mes sensations ? Que révélera son regard ?

Je n’y croyais plus. Sélène me fait l’honneur de sa compagnie, un privilège que rien ne saurait gâcher. Le goût exquis de nos souvenirs communs transforme ces heures d’attente en véritable torture. Je n’ignore rien de ses craintes, de sa réserve, et ferai tout pour les dissiper.


AVERTISSEMENT !
Ce livre comporte des scènes érotiques particulièrement explicites.
L’auteure les destine à un public majeur.




Je tiens à remercier l'auteure Zina G. pour ce Service Presse et pour sa confiance.


💕 Auto-édition
💕 Sortie le 11 juin 2017
💕 Lien Amazon : cliquez ici
💕 Genre : Erotique




#Mon avis

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais par moment j'aime m'évader grâce à des lectures où l'amour est mis en second plan au profit de l'érotisme.
Cette semaine j'ai jeté mon dévolu sur "Le goût du Ginger", qui contient 80% d'érotisme et 20% de romance... autant dire parfait pour une petite pose placée sous le signe de l’indécence. 

Tout d'abord "Le Ginger", qu'est-ce-que c'est? C'est tout simplement un club libertin composé de plusieurs pièces où chaque fantasmes et chaque pulsions peuvent être assouvis.
Et c'est au sein de ce club que Sélène va nous conduire, alors que elle même n'y a pas mis les pieds depuis deux ans.

Il y a deux ans cette jeune femme, qui était considérée comme une Reine dans le monde du libertinage, a subitement arrêter de fréquenter ces endroits. Pourquoi? Ça, vous le découvrez pendant votre lecture 😉
Avant cette interruption, Sélèna jouait autant avec les hommes que avec les femmes et elle savait parfaitement titiller leurs sens, leurs sensations, leur excitation, jusqu'à atteindre son ultime objectif et celui de ses partenaires - LE PLAISIR. Au cœur de ce monde Sélèna se sentait libre, épanouie, imaginative, séductrice et autant dominatrice que soumise.
Du jour au lendemain, Sélèna a dû changer ses habitudes : plus de club, plus de jeux.....

La voici donc de retour dans cet endroit familier, et tout ça à cause ou grâce à un seul homme - Antoine - qui a su l'attendre patiemment pendant tout ce temps....
Le manque de le toucher, de le sentir commençait à se faire  trop pressant, notre héroïne a donc décider de renouer avec ces pratiques malgré l'appréhension et la peur qu'elle pouvait ressentir.
Les portes de l'établissement ne vont pas être encore franchies que déjà elle va percevoir cet effet grisant qu'elle aime tant.
Deux anciens amants, qui vont avoir du temps à rattraper, qui souhaitent vivre une ivresse sexuelle enivrante et tout cela en profitant de chaque minutes, de chaque pièces, de chaque envies, de chaque fantasmes..... 

Le couple va nous offrir une lecture pleine de sensualité, de volupté, de tendresse où aucune vulgarité n'est admise - juste du plaisir à l'état brut explorer de façon gourmande et délicieuse.

L'auteure va faire voyager ses personnages dans la luxure ; ils vont pouvoir assouvir leurs envies à deux ou à plusieurs, et cela toujours sous une plume douce et voluptueuse. Zina G. va nous narrer avec le pouvoir évocateur de ses mots, des plaisirs et des sensations divines qui vont laisser nos sens en éveil.
La connexion entre Séléna et Antoine est bien présente, des sentiments autres que le désir oscillent entre eux et cela se ressent dans leurs ébats - la "romance" est différente mais le respect et la tendresse sont bien là, à l'image de l’écriture de l'auteure et de sa façon de visiter chaque moment érotique du couple.

Une lecture tout en frisson, passion, découverte et chaleur..... un érotisme délicieux qui va nous permettre de découvrir ce qui se passe derrière les portes du "Ginger".



💖💖💖 EXTRAIT 💖💖💖

Ah, s'ils savaient, ces braves gens! S'ils m'avaient connue ne serait-ce que deux ans plus tôt, à l'époque où je donnais libre cours à la moindre de mes pulsions, cédant aux requêtes de mes partenaires multiples, ne connaissant presque pas de limite, lorsque le 2 rue Gounelle était encore mon refuge.

Libre et épanouie, ça, je l'étais. Imaginative et séductrice aussi, tantôt soumise et docile, tantôt autoritaire et indomptable. Tout ça me plaisait à un point que peu de gens sont capables d'imaginer. Ici plus qu'ailleurs, les femmes ont le dernier mot, on les respecte et l'on se plie à leurs goûts, à leurs désirs. Alors j'ai joué et abusé de ce pouvoir, je me suis faite désirer par des hommes et des femmes qui restaient pendus à mes lèvres, à mes invitations. J'ai décidé, fait languir, promis et honoré des personnes qui me l'ont rendu au centuple ; j'ai adoré jouer avec eux, sans jamais perdre de vue mon objectif ultime : notre plaisir commun. J'ai même organisé quelques soirées privées, préparant chaque invité et dosant chaque ingrédient afin de tirer le meilleur parti de ces rassemblements extatiques. On peut dire que j'ai su être entreprenante et créative, dans chacun des aspects de mon libertinage. C'est cela qui me faisait du bien. Les acteurs de ces séances d'extrêmes frissons, qui aimaient tant s'affairer autour de moi, ont bien été esseulés, lorsque du jour au lendemain, ils ne m'ont plus vue.

Deux ans sans remettre les pieds ici, ou dans un quelconque autre club libertin. Quel manque horrible! J'ai eu trop peu de partenaires durant cette période, éprouvé trop peu de plaisir. C'était tout simplement impossible. Lui seul pouvait me convaincre, me remettre le pied à l'étrier, mon estimé gentleman. 
Pourquoi me laisse-t-il trépigner de la sorte? Lui qui n'a jamais eu de retard. Je me morfonds presque de son absence. Non pas que la solitude devant un lieu comme celui-ci m'effraie - au contraire, elle me grise, tandis que j'observe un couple sortir de là visiblement satisfait -, mais j'ai très envie de le revoir.

Commentaires

Articles les plus consultés